Loading...
L’association2019-01-08T15:36:22+00:00
0
Reconnaissance officielle avec statuts enregistrés
0
Ouverture du refuge animalier
0
Importations par le Zoo de Beauval, d’animaux sauvages nés en Europe
0
Ouverture du bâtiment pédagogique et création de 2 nouvelles aires protégées terrestres : Djalelo et Assamo
0
Extension du refuge au sein de plusieurs centaines d’hectares protégés : la RND (Réserve Naturelle de Douda)
Télécharger le rapport d’activités

Notre équipe

Le fondateur

Dr Bertrand Lafrance

Diplômé de l’Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort en 1987, le Dr Lafrance s’engage immédiatement en mission humanitaire en Afghanistan alors contrôlé par les russes. Ce voyage est déterminant et le pousse à s’engager cette fois à Djibouti, afin d’y accomplir son service militaire en 1990 (obligatoire à l’époque). Suivent 4 années de pratique à Paris et en Province. Il revient à Djibouti en 1995 pour y ouvrir le premier cabinet vétérinaire privé. C’est là qu’a lieu son véritable contact avec une faune sauvage insoupçonnée lors de son premier séjour. Son engagement pour la préservation de la nature sous toutes ses formes aboutit alors à la création de l’association Décan qu’il préside depuis 2001.

Les bénévoles

Ils sont majoritairement issus des rangs de l’armée française stationnée à Djibouti. Mais Décan a accueilli également des Japonais, des Allemands, des Américains et bien entendu des Djiboutiens. Tous ont en commun l’amour des animaux et le besoin de se rendre utile lors d’un séjour qui varie pour certains de 4 mois à 3 ans. Les compétences sont variées. Si beaucoup d’entre eux souhaitent surtout nourrir et abreuver les animaux, d’autres préfèrent s’investir dans l’entretien et la construction. Dans tous les cas, les liens tissés avec Djibouti en ressortent consolidés. Ce bénévolat donne accès à une facette du pays qui échappe bien trop souvent aux gens de passage.

Devenir Bénévole

Les gardiens et écogardes

Tantôt gardiens, mais parfois écogardes et guides, les membres du personnel de l’association sont exclusivement djiboutiens. Répartie entre le refuge et les aires protégées, la quinzaine d’employés est particulièrement active quand de nouvelles infrastructures sont édifiées, trouvant là une nouvelle source de rémunération qui complète leurs salaires modestes. Ils encadrent aussi les  visiteurs et les écoles. Ils sont les meilleurs pour apercevoir de loin les animaux sauvages dans les aires protégées.

Les soigneurs

Lilou, chargée du biberon d’un bébé gazelle (2013).
Ridwane et Malik (2018).
Lola et Nathalie et des chiots orphelins (2018).
  • decan refuge gazelle
  • decan refuge soigneurs
Devenir Bénévole
Faire un stage
Faire un don

NOS VALEURS

Vous partagez ces valeurs ? Rejoignez-nous.

Devenir bénévole